L’arbre bleu dans les mains de Nathan

Nathan dessine, Lyon, janvier 2019. © Atelier de l'Arbre bleu.

Nathan dessine, Lyon, janvier 2019. © Atelier de l’Arbre bleu.

Viens.
Dessine-moi un arbre.
Celui qu’on peut voir quand
on ferme les yeux.

 

Si on fait suffisamment attention, on peut écouter le récit d’un enfant pendant qu’il dessine. S’il y a assez de silence entre les deux premiers mots qu’il prononce, entre les deux traits que sa main recommence en cherchant, alors on peut entendre comment s’en va le souffle jusqu’à ce bout de craie entre ses doigts, et puis comment  le souffle peut revenir à l’intérieur des poumons de l’enfant. Si on fait suffisamment attention, on peut deviner le verbe vivre dans le dessin des petites branches qui s’en vont vers le ciel. C’est ce qu’a entrepris Catherine Rostain à l’Atelier de l’Arbre bleu. Faire attention aux dessins des enfants. Et à force de beaucoup les scruter, elle y décèle l’apparition du vivant à l’intérieur des lignes et des couleurs que les enfants rassemblent, chaque mercredi.

On peut observer tous les gestes qu’il faudra au corps d’enfant pendant qu’il veut capter les forces de l’arbre. La volonté semble immense. Dans le crissement des craies sur l’étendue sombre du tableau, la main d’enfant continue, elle dessine quelque chose d’important à l’intérieur d’une vie. Ce sont des ramures, branches et racines de chaque côté du tronc, le début d’une forêt qu’il faut réinventer, attentif aux détails, aux torsions des écorces sous la main qui dessine. Dans la pensée de l’enfant qui dessine, les arbres sont devenus le tout premier refuge, un abri pour la venue d’animaux qui demeurent invisibles. Dans les croyances de l’enfant qui recommence encore une fois le même trait qui s’élève, les arbres sont devenus un appel au silence. L’apprentissage de la première attente.

L'arbre blanc entre les mains de Nathan, Lyon, février 2019. © Atelier de l'Arbre bleu.

L’arbre blanc entre les mains de Nathan, Lyon, février 2019. © Atelier de l’Arbre bleu.

Le peuple des arbres appartient à ces contes que plus personne ne raconte aux enfants quand ils dessinent leurs mille branches à la craie. Sauf peut-être ici, à l’Atelier de l’Arbre bleu. Ailleurs les arbres se taisent. Ils retiennent leur souffle. On sait qu’ils sont menacés, immobiles, encerclés, reliés aux rivières souterraines dont nous avons capté l’eau nécessaire aux tuyauteries, tous ces tuyaux qui alimentent nos milliers de machines, celles qui lavent nos draps et nos assiettes, nos trottoirs et nos voitures. Dans les dessins d’enfants au tableau noir, les arbres sont maintenant assoiffés et inquiets. Fragilisés par l’hiver, en attente de reprendre leurs forces à l’air libre.

Nathan a neuf ans et chaque mercredi, il continue de dessiner les racines de l’arbre blanc dans l’étendue du tableau noir. C’est une force inhabituelle dont il a paré le vieux tronc, dans la poussière des craies, le paysage d’une forêt surgissant dans l’hiver de l’enfance. Et dans les corps des arbres de plus en plus vivants, c’est le souffle d’un petit garçon qui s’étend sous nos yeux, déployant la double ramure de ses poumons. La grande respiration qui va des eaux du ciel à celles du sous-sol. Ce que savent les enfants, il faut beaucoup de patience pour que ça puisse apparaître et grandir au milieu d’un dessin.

Nathan dessine, Lyon, février 2019. © Atelier de l'Arbre bleu.

Nathan dessine, Lyon, février 2019. © Atelier de l’Arbre bleu.

« Un atelier pour expérimenter les possibles, écrit Catherine Rostain, avec un accompagnement sensible, attentif aux rythmes et possibles de chacun.» Les enfants le savent. Ils viennent à l’atelier pour éprouver les possibles d’un arbre vertébral qui grandit jusqu’à leurs mains qui dessinent. «Un jour on a besoin de retourner près de nos arbres, de s’entourer de présences amies, sécurisantes, d’ancêtres bienveillants. Retrouver ou trouver un arbre ami.» Et les enfants inventent une forêt enfantine à l’intérieur d’un monde qui travaille plutôt à la déforestation générale des continents. Ils savent par où la vie doit passer pour continuer son chemin. Ils la dessinent avec patience. «C’est aussi l’espace où nous pourrons découvrir nos forces et nos alliés, explique Catherine Rostain. Retourner près de l’arbre-ami, l’arbre qui console et rassure, figure du grand-père ou du grand-frère, de la bonne mère ou de la grand-mère.»

_____

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s